8ème Forum mondial pour la promotion de la santé : du discours à l’action

Lucile Marsault
26 Novembre 2018

Le Réseau Education et Solidarité était présent au 8ème Forum Mondial sur la Promotion de la Santé, organisé à la Maison de la Paix, à Genève, par l’Alliance for Health Promotion (A4HP). En relation officielle avec l’OMS et disposant d’un réseau international d’acteurs, l’A4HP œuvre au renforcement des capacités d’action de la société civile pour la promotion de la santé.

Le thème de la journée était : « La promotion de la santé pour la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles (MNT) : traduire les déclarations mondiales en actions et impacts au niveau communautaire ». Il a d’abord été rappelé que les MNT étaient responsables de 71% des morts et dues à 5 facteurs : le tabac, la consommation excessive d’alcool, l’inactivité physique, l’alimentation déséquilibrée et la pollution – ce dernier facteur n’ayant été que récemment reconnu par l’OMS.

Les intervenant·e·s ont déploré le fossé entre les discours et la réalité de terrain, faisant de sa réduction un défi primordial. L’approche ascendante (bottom-up), désormais privilégiée, place les communautés – et plus largement la société civile – en acteurs privilégiés dans la prévention et le contrôle des MNT. L’enjeu est donc d’adapter les programmes aux contextes culturels et de donner les capacités aux communautés de s’autonomiser et de se responsabiliser.

Dans cette perspective, des projets de promotion de la santé intégrant les enjeux de mobilisation des communautés ont été présentés. Ainsi, à Kitale, au Kenya, des ateliers de promotion de la santé regroupent depuis 2012 des membres des communautés. Ces derniers deviennent des ambassadeurs en mesure de sensibiliser et mobiliser leurs pairs.

Une approche holistique de la santé a également été prônée, qui devrait prendre en compte la santé physique, émotionnelle, sociale, intellectuelle, environnementale et spirituelle. Ainsi, et au vu de la multitude des facteurs intervenants sur les MNT, il a été rappelé que la promotion de la santé devait faire l’objet de politiques multisectorielles.